lundi 20 juin 2011

Ce petit bout de bonheur

- Mon anatomie exacte n'a été découverte qu'en 1998

- Au XIXème siècle, mon ablation était préconisée pour guérir l'hystérie, l'épilepsie ou encore l'homosexualité féminine

- Je suis le seul organe humain exclusivement dédié au plaisir

- Ma stimulation est une activité sexuelle à part entière

- Avec mes 10 000 capteurs de plaisir, je peux procurer à sa propriétaire des orgasmes à répétition

- Synonyme d'auto-érotisme et d'auto-détermination, je fais peur à tous ceux qui ne conçoivent la sexualité des femmes que dans la dépendance au coït


- En forme d'arche, je mesure environ 11 centimètres

- Je suis mutilé chez environ 130 millions de femmes dans le monde

- M'ignorer, me dénigrer ou me méconnaître revient à nier et entraver la sexualité des femmes

Je suis le clitoris et je ressemble à ça de l'extérieur:


Osez Le Féminisme me consacre une grande campagne d'information, Osez Le Clito: "parce qu’il est objet d’ignorances, de dénigrements voire de mutilations. Mais aussi et surtout parce que le clitoris, c’est bon !".

Le clito, qu'est-ce que c'est ?

Pourquoi le clitoris fait-il peur ?

12 idées reçues sur le clitoris

Elles et ils racontent

Quand la recherche ne s'en mêle pas

L'excision, une violence faite aux femmes


11 commentaires:

  1. ah !
    j'me disais aussi... comme j'en n'ai pas un comme ça... pas étonnant que je me sois fait aussi chier à chaque rare fois où que ça m'est tombé sur le coin de la gueule hein...

    RépondreSupprimer
  2. Il me paraît très important pour la cause des femmes (et aussi celle des hommes) que celles-ci assument et revendiquent leur propre sexualité.

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de voir à la TV tout à l'heure Caroline de Haas dire qu'on n'enseigne rien sur le clitotis ni en cours de médecine, ni de sexologie, ni nulle part ! Je suppose que puisque les hommes n'en ont pas, il ne vaut même pas qu'on le mentionne.

    RépondreSupprimer
  4. @ Paul

    Vous savez, on peut aussi "en avoir un comme ça" et se faire royalement chier !!! Tout dépend de ce qu'on fait avec ce qu'on a. De plus, on n'est pas obligé.e.s d'aimer le sexe, je revendique aussi cette liberté, ce qui par les temps qui courent est perçu comme un signe d'austérité anormale. La jouissance est devenue une figure imposée.

    @ Avapierre

    Oui, les hommes aussi ont tout à gagner à ce que les femmes soient "bien" avec ça. Ne pas aimer le sexe est presque une déviance, comme je le disais plus haut, et ça vaut pour toutes et tous mais l'aimer est encore synonyme de chaudasserie pour les femmes. Pas facile de se positionner. Vivement que ces carcans culturels nous lâchent le postérieur et ce qui va avec ;)

    @ Hypathie

    Ben, manifestement pour les Inrocks, par exemple, c'est encore trop ! Leur explication: tout le monde sait maintenant ce que c'est (ah ?), pas la peine de nous faire des dessins moches pour comprendre. Que de mauvaise foi employée pour ne pas dire le dépit (la jalousie ? le phallocentrisme blessé ?) qu'on en parle (enfin) après des millénaires de silence et de haine à peine déguisée !

    RépondreSupprimer
  5. bien, je saurais mi prendre avec les pute que je prend.

    RépondreSupprimer
  6. ça y est !
    euréka
    j'ai compris : votre dernier schéma du bas de la page m'a enfin fait comprendre pourquoi nombre de gens compare les orchidées au sexe féminin !
    dingue hein !
    faut dire que je préfère de loin l'esthétique des orchidées et que j'ignore hors des planches anatomiques le sexe féminin que j'ai pas franchement pratiqué avec un élan consentant.
    donc bon.

    et puis en fait en lisant l'article de patrick jean sur le clitoris, je me suis rendu compte que moi ben ça collait pas hein avec ce qu'il dit du plaisir chez le petit garçon.
    ma verge n'est pas un organe me fournissant un plaisir vraiment génial !
    c'est juste une certaine détente onaniste éventuellement, et encore, ça marche même pas à chaque fois. c'est même souvent très chiant.
    en revanche, les lèvres, donc les baisés en bouche, les lobes des oreilles, le contact du corps à corps simplement dans les bras de l'autre, ça, je dois dire qu'à chaque fois ça me laisse dans un état fébrile vraiment particulier dont j'arrive à garder longtemps les souvenirs !
    y'a aussi certaines musiques que je joue qui me donnent des frissons incroyables à certains moments, à tel point que je perds souvent le contrôle de mes doigts et que du coup je me plante dans le morceau. mais bon, sur le moment, c'est incroyable.

    RépondreSupprimer
  7. à par ça je vais encore en rajouter une couche

    en fait, moi on m'avait très tôt parlé, on étant à la fois des femmes et des hommes, du clitoris comme étant le truc qu'il fallait servir pour rendre heureuse une femme.

    j'avais jamais eu de relation sexuel quand on m'en avait parlé. donc je m'étais dit, bon ben c'est simple, comme j'ai un doigté fin et de jolies mains, ça devrait leur plaire hein.

    donc bon après, j'ai bien fait ce qu'il fallait pour éviter de faire autre chose que de m'en occuper avec les doigts : ben faut croire que je suis nul aussi avec les doigts.
    en tout cas, elles z'ont pas pris soin de m'expliquer hein et sont retournées voir ailleurs bien qu'elles ne m'en aient dit pas du bien.

    donc moi je sais pas... mais j'finirai bien par trouver au détour des conversations.

    RépondreSupprimer
  8. @ Anonyme

    Vous en êtes encore à croire que vous pouvez faire jouir une "pute", comme vous dites ?

    @ Paul

    Ben, en fait on parlait déjà d'orchidée (ou de fleur) bien avant de découvrir à quoi ressemblait un clitoris dans son intégralité. Ca doit venir d'autre chose (les lèvres, peut-être) ...

    Tout à fait d'accord avec vous pour dire que le corps entier et les sens sont aussi partie prenante dans la sexualité. C'est à ce titre que je trouve le pilonnage répétitif de la pornographie très très pauvre voire indigeste à force.

    Quant à vos expériences infructueuses avec le clitoris, je ne sais que vous dire si ce n'est qu'il s'agissait peut-être de femmes qui n'avaient pas l'habitude qu'on vienne les titiller en cet endroit (plus de femmes que ce que l'on croit méconnaissent cet organe et ce qu'elles peuvent en retirer). En présence de partenaires masculins, j'ai toujours pris soin de dire clairement ce qui me plaisait ou pas (là encore, le ressenti varie (c'est flagrant dans la partie sur le clitoris du rapport Hite) selon les femmes et si l'on se connait bien, on est en mesure d'expliquer à l'autre comment s'y prendre).

    RépondreSupprimer
  9. Moi perso j suis gay alors franchement le clito bof ça m’intéresse pas bcp d'essayer l'injonction est un peu agressive je me sens nié dans mon identité d'homme gay par cette affiche gynocentrée...non je rigole mais bon pourquoi pas aller directement au but final qui nous aniime tous : toutes les femmes entre elles et tous les hommes ensembles: l'homosexualité est la seule voie digne, moi je milite a fond la dessus et je drague a fond les mecs de mes amies d'autant plus qu'on pourra bientôt faire porter les enfants dans l'uterus artificiel... on sera tous enfin apaisés.. ;-)

    RépondreSupprimer
  10. @ Anonyme

    Je conçois que dans une société soumise au culte du pénis, l'affiche paraisse agressive. Pourtant:

    - objectivement, l'ensemble est quand même plus esthétique que les testicules/pénis dont on nous sature de représentations plus ou moins bienvenues;

    - d'ailleurs, n'est-ce pas l'inesthétisme criant de l'ensemble "trois pièces" qui a conduit à une sur-représentation générale et abusive ?

    - la menace que cette timide (et plutôt inédite) représentation du clito semble induire chez vous (comme chez beaucoup d'autres ...) est révélatrice du culte, si prégnant qu'il en devient douteux, que j'évoquais plus haut;

    - gynocentrée ? Dès qu'on ne parle plus QUE de votre sexe vous boudez tels des enfants gâtés à qui on a tellement répété qu'ils étaient les meilleurs qu'ils ne supportent pas de n'être pas au centre de toutes les préoccupations.

    Bref, l'homosexualité, même si je la défends et la pratique (enfin, surtout le lesbiannisme) je n'en fais pas une injonction.

    "l'homosexualité est la seule voie digne, moi je milite à fond la dessus et je drague à fond les mecs de mes amies" ... curieuse vision de l'amitié (tel que vous présentez les choses, vous auriez dû parler de rivales à décimer).

    En gros, votre intervention sent la misogynie à des kilomètres mais nous étions déjà au courant que les gays n'étaient pas plus gynophiles (ou du moins gynotolérants) que leurs pairs hétéros.

    RépondreSupprimer
  11. J'aime beaucoup les femmes qui emploient le mot gynophile (ou philogynie)...
    et aussi les hommes, et aussi les substantif et qualificatif féminicides
    et le mot philanthropie dépouillé du paternalisme bien évidemment)...

    RépondreSupprimer

Votre commentaire n'apparaîtra qu'après validation de l'administratrice de ce blog.